Ce récital présente au public un florilège de la chanson française d’auteur et populaire anonyme. Bien que s’adressant à tout type de public, il a cependant été également pensé et conçu pour apporter un matériau culturel à toute personne ou entité s’intéressant à la culture et la langue françaises, en cet aspect particulier qu’est la chanson. Nous pensons entre autres à l’Institut Français et l’Alliance française et leurs antennes locales, aux écoles, collèges et lycées français à l’étranger, les universités européennes ou d’ailleurs dispensant des cours sur la langue et la culture françaises.

 

Télécharger le flyer en Français (PDF) : 

Raphaël Vaucourte_d-en-France_flyer-A4-2020_Fr_web

Hoja de presentación en Castellano: Raphaël Vaucourte_de-Francia_flyer-A4-2020_Es_web

Affiche (exemple en Français) : Raph_d’en France_Poster-A3_v1-2020_FR_web

Cartel (ejemplo en Castellano) : Raph_de-Francia_Poster-A3_v1-2020_ES-web

Raphaël-Vaucourte_Logo-bleuet_Fond-noir_1200x1200

Ce qu'en disent la presse et le public

La presse (extraits)

« Le concert, fortement applaudi, a développé l’évolution de la chanson française depuis les premières chansons en ancien français jusqu’à nos jours. Partie du programme s’appuie sur le déroulement de la propre vie de l’interprète qui a été marquée par des rencontres liées directement à la chanson française et les expériences de Raphaël au niveau international dans différents pays ».

[Durant le concert] « Raphaël s’est accompagné à la guitare (guitare classique et guitare acoustique). Dans une ambiance de café-concert parisien nous avons pu nous régaler de la gentillesse de Raphaël Vaucourte qui donna le meilleur de lui-même pour un public captivé par ses interprétations et par ses explications détaillées entre chanson et chanson ».

« Les 18 chansons, avec des histoires et des poèmes à conter, furent interprétées avec la chaleur et la simplicité que d’une certaine manière demandait l’auditoire du salon du Café Lagos à cet interprète dans la grande tradition française. Ce café littéraire est situé dans le vieux quartier de Bilbao nommé les Sept Rues (Las Siete Calles). L’Histoire de Bilbao pour accueillir des poèmes musicaux en français ».

Diario 16 (journal espagnol national du 18/12/2019)

Raph_d'en-France_Poster-A3_v1-2020_FR

Opinions du public

20191204_200939_001-2-scaled-1-1.jpg

« Mille mercis pour le magnifique récital d’aujourd’hui au Café Lago du Vieux Quartier » (Muchas gracias por el magnífico recital de hoy en El Lago del Casco Viejo). Fran V. M.

« Ce fut une agréable surprise que le récital de Raphaël Vaucourte ! » (¡Una grata sorpresa ha sido el recital de Raphaël Vaucourte!). I. E. Z.

« Raphaël a une voix formidable et c’est un excellent guitariste » (Raphaël tiene una voz estupenda y es un excelente guitarrista). P. Juan

« Raphaël a captivé le public présent ! » (¡Raphaël cautivó al público presente!). Une femme restée anonyme.

« Les explications entre les chansons m’ont beaucoup plu, et musicalement j’ai beaucoup aimé la chansons des chasseurs de baleines » (Me gustaron mucho las explicaciones entre canciones y musicalmente he apreciado en especial la canción de los balleneros). I. E. Z.

« Étant guitariste j’ai été très impressionné par cette manière très particulière qu’a Raphaël d’imbriquer subtilement son travail d’accompagnement à la guitare à sa voix. Cela me fait penser à du tissage. Très réussi. Son style de guitare est totalement personnel et original, cela mérite d’être souligné. On sent qu’il a une très longue pratique de l’instrument ». P. B. de N. (communication en français).

Plus d'informations sur le récital

Congreso-Andino-Jujuy-2012_organizadores_web
Le « noyau dur» de l’équipe qui a organisé le congrès. De gauche à droite : Pra. Adelma Francisca Landriel, Pra. María Lizárraga, Lca. Antonela Centanni, le recteur Patricia A. Elias, Gustavo Ricardo Muro (secrétaire de planification et développement de Jujuy), Pra. Isabel Mamani, et Pr. Sergio Toconás. Note : il manque sur cette photo Amanda Medrano, professeur de Français et vice-recteur, qui n'avait pu être présente. [1] Voir photo en bas de page.

Genèse du projet musical

Raphaël nous explique :

« Le projet a pris une forme plus concrète à l’automne 2012, au retour d’un séjour de pratiquement un mois en Argentine. J’avais été invité en tant qu’ethnomusicologue au 1er congrès andin sur le patrimoine culturel (province de Jujuy), « Identité et développement des peuples », organisé par une équipe de professeurs de l’Institut supérieur de formation des maîtres n° 4 de San Salvador de Jujuy. Parmi ces professeurs figuraient plusieurs professeurs de Français qui m’ont fait part de leurs grandes difficultés à trouver un matériel didactique intéressant, que ce soient livres, disques et autres documents se référant à la culture française. Elles souhaitaient entre autres méthodes utiliser la chanson comme vecteur d’apprentissage de la langue, et déploraient qu’aucun interprète n’ait eu l’idée de rassembler un florilège des meilleures chansons françaises anciennes et modernes dans un récital. De retour en France, j’ai pu constater le bien-fondé de leurs remarques et j’ai réfléchi à cette problématique. Et c’est ainsi qu’est né mon projet «Chansons d’en France et de la Francophonie», sur lequel j’ai commencé à travailler régulièrement en 2015-2016.

L’élaboration du répertoire

Le projet s’est d’une part nourri d’une longue réflexion sur ce qu’est la chanson française, sur la relation permanente qu’elle a entretenue entre musique savante et musiques populaires, mais aussi sur ses liens avec la poésie ; et d’autre part sur un désir ancien d’enfin rechanter en Français après de longues années passées à chanter en Espagnol (en Castillan devrait-on dire) et à se consacrer en tant qu’ethnomusicologue à l’étude des musiques Andines, et plus récemment basques.

Le spectacle proposé se construit d’abord autour d’un double axe temporel, celui de l’évolution de la chanson française des premières chansons en ancien français jusqu’à nos jours ; et la vie déjà longue de l’interprète, jalonnée de rencontres liées pour certaines directement à la chanson française : par exemple Jean Ferrat, Jean Vasca, Maurice Fanon, Bernard Lavilliers, ou encore Cora Vaucaire et Gilles Vigneault, pour ne citer qu’eux.

Raph_concierto_05_MG_8420

Il se structure également autour d’une série de thèmes récurrents qui se sont maintenus à travers les âges, tout en se nourrissant des réflexions nées du parcours personnel de l’interprète, de ses souvenirs, mais aussi de ses lectures et découvertes musicales. Les chansons ont été choisies soigneusement pour leur intérêt musical comme littéraire. Certaines des chansons interprétées sont d’auteurs peu – ou moins – connus que les précédents, et ils ont et ont eu un certain succès de par leurs interprètes, comme c’est le cas par exemple du Petit bal perdu popularisé par Bourvil. Parmi les poètes abordés citons : François Villon, Rutebeuf, Ronsard, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Tristan Corbière, Charles Cros, Apollinaire, Pierre Seghers…

Entre tous les auteurs et compositeurs représentés figurent entre autres : en France Aristide Bruant, Pierre Mac Orlan, Charles Trénet, Francine Cockenpot, Mouloudji, Charles Aznavour, Georges Chelon, Georges Brassens, Guy Béart, Jean Ferrat, Jean-Roger Caussimon, Léo Ferré, Claude Nougaro, Maurice Fanon, Michel Corringe, Serge Gainsbourg, Bernard Lavilliers, et pour les pays francophones Félix Leclerc et Gilles Vigneault (Québec), Jacques Brel et Bobbejaan Schoepen (Belgique), Henri Salvador (Guyane). La liste n’est pas exhaustive. 

Parmi les chansons interprétées figurent (la liste n’est pas contractuelle, ni fixe ni exhaustive) :

Ballade des Dames du Temps Jadis (François Villon & Brassens) ; Le verger du roi Louis (Théodore de Banville & Brassens) ; La complainte de Mandrin (anonyme du Dauphiné), Adieu foulards, adieu madras (anonyme antillais) ; Merde à Vauban (Pierre Seghers & Léo Ferré) ; Jaurès (Jacques Brel) ; Actualités (Albert Vidalie & Stéphane Golmann) ; Le poseur de rails (René-Louis Lafforgue) ; Fanny de Laninon (Pierre Mac Orlan & Marceau Verschueren) ; Le bistrot (Georges Brassens) ; Chanson d’automne (Verlaine & Charles Trénet) ; Automne (Colchiques, Jacqueline Debatte et et Francine Cockenpot), La petite poule grise (berceuse populaire), Le Pont Mirabeau (Apollinaire & Léo Ferré), La folle complainte (Charles Trénet), Pique la baleine (chant de gaillard d’avant, traditionnel breton); Trousse-Chemise (Charles Aznavour, France) ; Île de Ré (Claude Nougaro, France); Les Tuileries (poème de Victor Hugo, musique de Colette Magny) ; Moi mes souliers (Félix Leclerc, Québec) ; Le galérien (chanson populaire, France) ; Un jour tu verras (Mouloudji, France) ; La ballade d’un sans-abri (Gilles Vigneault, Québec) ; On the road again (Bernard Lavilliers, France)

À ces auteurs-compositeurs se rajoutent des chansons et des poèmes, jusqu’à présent inédits, dont Raphaël est l’auteur, et des chansons populaires dont il a écrit des arrangements originaux.

Raph-Vaucourte_photo-flyer_19x13

[1] Photo avec le Pr. Amanda Medrano

Amanda eta Rafa
Pr. Amanda Medrano avec Raphaël (Sans Salvador de Jujuy,Argnetine, août 2012)
Comme la plupart des sites Web ce site utilise des cookies, qui rendent plus agréable votre visite et nous aident à améliorer son fonctionnement. En continuant votre navigation, vous acceptez implicitement l'utilisation des cookies.
Accepter
Refuser